La prévention à travers le temps

vauban1

« Attendu que la diligence et le savoir ne se trouvent jamais chez les gens qui ne travaillent que par force ».

L’auteur de cette phrase a vécu de 1633 à 1707, aussi incroyable que cela puisse être, ce grand homme, Maréchal de Vauban a fait naître à son époque l’idée de la prévention en recommandant notamment d’éviter les ouvrages à corvées.

En d’autres termes, le savoir et la connaissance ne peuvent être acquis qu’au travers d’une période de formation, d’un temps d’apprentissage et ne doivent être soumis à aucune pression de quelque ordre que ce soit si l’on attend du salarié un travail précis et bien fait.

Le salarié doit être accompagné dans ses apprentissages, mais aussi valorisé, respecté et écouté.

Le concept de la prévention des risques professionnels, c’est plus d’un siècle d’évolution. En effet, en regardant sont histoire on peut retenir :

1840 : rapport du docteur René VILLERME « Tableau physique et moral des ouvriers employés dans les manufactures de coton, de laine et de soie ».

1841 : loi relative au travail des enfants employés dans les manufactures, usines et ateliers, interdisant le travail des enfants de moins de huit ans et posant le principe d’inspections.

1893 : loi concernant l’hygiène et la sécurité des travailleurs dans les établissements industriels.

1898 : loi concernant les responsabilités des accidents dont les ouvriers sont victimes dans leur travail.

1976 : loi relative au développement de la prévention des accidents de travail

1982 : loi relative aux comités d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail.

1989 : directive cadre 89/391/CEE sur la prévention des risques du travail.

2004 : décret relatif à la réforme de la médecine du travail.

2015 : la « Loi REBSAMEN » le thème des conditions de travail est traité au travers de la « qualité de vie » des salariés.

Finalement, que signifie le mot « prévention » ? Si on se réfère à son étymologie :

L’histoire nous dit qu’en 1374 cela signifié «action d’arriver le premier». On y découvre une notion d’anticipation. Mais en 1580 sa signification évolue et devient « précaution » et c’est en 1883 qu’il trouve le sens qu’on lui connait « prévention d’un accident ».

La prévention, au sens large signifie « l’action de devancer le droit de l’autre ». Mais c’est aussi « une attitude ou l’ensemble des mesures à prendre pour éviter qu’une situation ne se dégrade ».

Posons-nous la question de ce qui pourrait générer la dégradation d’une situation ?

Pour expliquer ce processus, j’ai eu recours à un schéma issu des supports de documentation de L’INRS.

schemas

 

Ce schéma nous permet de voir que «L’accident» survient à l’occasion d’une action mise en place par une personne.

Un des facteurs responsable de ce scénario est bien «l’homme» mais est-il le seul impliqué ?

schemas2

L’exemple du tableau ci-dessus, nous permet de constater que le processus d’accident est multifactoriel.

La rencontre entre l’Homme et le danger est un élément fondamental, mais les situations et les événements dangereux vont contribuer à déclencher l’accident du travail et ou la maladie professionnel.

Ils peuvent provenir :

  •  Des conditions générales ambiantes (température, bruit, luminosité, pollution…)
  •  Des conditions liées aux procédés, machines (vibrations, bruits, poussières, chaleur,…)
  • Les conditions liées aux produits utilisés.
  • Les conditions liées aux facteurs de stress dépendant de la charge mentale et physique au travail.

 

Toutes ces charges sont interdépendantes et les cumuler nuis à la sécurité et la santé des travailleurs exposés. Les facteurs risques vont être multipliés si l’on rajoute, la durée, la fréquence et l’exposition à l’ambiance dangereuse.

Pour conclure,

IL me tenait à cœur au travers de cette « newsletter » de vous présenter ce domaine d’activité et plus particulièrement ce qui anime mes interventions « la prévention ».

Mais aussi de vous entraîner dans mes réflexions, même si je me positionne comme une modeste actrice de la prévention.

Au regard de cette autre époque passée, oui le monde du travailleur a évolué, la technologie et la science sont au service de l’Homme et des conditions de travail.

Mais peut-être un peu trop !  Aujourd’hui, toutes les règles que nous avons élaborées sont si nombreuses et complexes, que même les plus grands spécialistes ont bien du mal à s’y retrouver.

Elles nous freinent dans notre développement et nous empêchent de nous soucier de ce qui me semble le plus important « l’Homme ».

La période de récession dans laquelle nous nous trouvons, ne doit en aucun cas nous ramener dans nos comportements antérieurs, comportements du XVII ou XVIII éme siècle!

Sources :

Officiel prévention . com « santé et sécurité au travail »

INRS

Naissance et Evolution de l’idée de prévention des risques professionnels de Jackie Boisselier